Les catalogues à l’heure du web 2.0

22 janvier 2013   /    PIM   /   

Marketing mobile, géolocalisation, stratégies réseaux sociaux… à l’heure de l’avènement des technologies de l’information et de la communication (TIC), les entreprises investissent de plus en plus de moyen dans les réseaux sociaux et multiplient les supports afin de valoriser leur marque, et être au plus proche de la clientèle. Et le papier dans tout ce tourbillon numérique ?

Ce moyen de communication traditionnel reste un des supports privilégiées par les français (92% des français lisent les imprimés publicitaires selon Marketing Direct), de par son caractère peu intrusif en comparaison avec l’inondation des boîtes mails par les mails en tout genre, dont l’efficacité est souvent remise en cause des spams. Quand l’on y porte un peu d’attention, ce que nous appelons l’ère du numérique n’est pas caractérisée par une domination totale des outils web. Il n’existe pas de stratégie 100% web. Des e-commerçants et pure players du web tels Rueducommerce ont par exemple surpris en intégrant les catalogues dans leur marketing. Le support papier trouve donc encore sa légitimité en 2012 et s’insère parfaitement dans les stratégies marketing des entreprises.

A ce titre, les catalogues sont toujours un moyen qui reste très prisé par les entreprises afin de présenter leurs produits. But, l’enseigne de meubles à petit prix, s’est par exemple laissé séduire par l’idée d’intégrer de catalogue dans leur communication. Depuis 2009, le groupe distribue en effet un support quadri en 9 millions d’exemplaires de 340 pages. Pour Bérangère Lamboley, directrice générale en charge de marketing chez But, exprime sur la cohésion entre le papier et le numérique que « l’un n’exclut pas l’autre ». Autre exemple, celui de Damart, le groupe de vente par correspondance, pour qui le e-commerce et le catalogue web n’est qu’une extension de la vente par catalogue et ne vient pas concurrence le catalogue papier, mais s’inscrit dans cette continuité. Le catalogue reste un support de communication et outil promotionnel de première importance, dans le domaine du B to C comme dans celui du B to B.

Dans cette logique de publication multicanal, il s’agitn désormais ainsi d’optimiser son workflow afin pouvoir être réactif aux exigences du marché et publier sur le bon support au bon moment. Et surtout d’être capable de bien gérer ses contenus marketing pour publier sur le bon support au bon moment.

http://www.e-marketing.fr/Breves/Berangere-Lamboley-dg-en-charge-du-marketing-de-But-Les-reseaux-sociaux-font-partie-du-mix-marketing-47400.htm


Contacts